Un automne russe chez Vuitton

Art News

L’exposition s’intitule “Icônes de l’art moderne”. Un significatif ensemble de chefs d’oeuvres qui composent la collection Chtchoukine s’expose à la Fondation Louis Vuitton. Et c’est une première sortie hors de la Russie.

Paul Gauguin, Aha oé feii (Eh quoi, tu es jalouse ?), été 1892. Courtesy Musée d’Etat des Beaux‐Arts Pouchkine, Moscou

Lors de ses voyages à Paris, dès la fin des années 1890, Sergeï Chtchoukine, grand industriel moscovite, est en relation constante avec le cercle des marchands pionniers de l’art moderne. Il intègre rapidement le cercle parisien défendant les impressionnistes, les postimpressionnistes et les modernes. Les relations affinitaires qu’il entretient dès lors avec certains de ces marchands influencent fortement la formation de sa collection, exemplaire de l’art le plus radical de son temps. Se côtoient Monet, Cézanne, Gauguin, Rousseau, Derain, Matisse ou Picasso, Degas, Renoir et on en passe. L’un des partis pris de l’exposition sera ainsi d’établir une série de confrontations entre maîtres modernes et artistes de l’avant-garde russe.

L’exposition de la Fondation Louis Vuitton représentera la toute première tentative de montrer de manière raisonnée et synthétique hors de Russie cette collection grandiose. Près de 2400 m2 sur 4 niveaux accueilleront ainsi les quelque 160 numéros sélectionnés.

Icônes de l’art moderne, Fondation Louis Vuitton, du 22 octobre 2016 au 20 février 2017.

Claude Monet, Le Déjeuner sur l’herbe, 1866. Courtesy Musée d’Etat des Beaux‐Arts Pouchkine, Moscou