Sur le bureau de Céline d’Aoust

Mode Office

Ses bijoux sont fins et véhiculeurs de grande émotion. Entre ici et Jaipur son cœur balance. Céline d’Aoust se plait à travailler tourmalines et autres pierres énigmatiques sélectionnées en Inde par ses propres soins. Accompagnée de son mari Matthieu, elle continue à tracer son chemin pour aller encore plus loin.

 

Interview Marie Hocepied. Photo Oskar.

Dans le boulot, tu es plutôt déchaînée ou tempérée ? Si on parle de rythme, nous sommes un peu trop déchaînés. Nous passons constamment de la création, du suivi de production et contrôle qualité à la gestion de la marque à l’International avec les salons et les show room à Paris et cette année à Las Vegas. Ajoutez à cela la gestion du studio et de la boutique située à Bruxelles. Heureusement nous sommes entourés d’une chouette équipe. Même s’il est vrai qu’au fil du temps, nous avons appris à prendre du recul. Nous travaillons beaucoup avec Les Gems et spécifiquement les Tourmalines. Chacune est unique et non reproductible. La nature nous les apporte via “les brokers” à Jaipur. Ce que je veux dire c’est qu’il est impossible de commander ces pierres. Il faut continuellement regarder ce qui arrive sur le marché, être attentifs et sélectionner celles qui nous parlent.  Quand on achète des pierres brutes et que nous les taillons, c’est la même chose. On ne se sait jamais à 100% ce qui en sera retiré et quelles pierres finies arriveront en terme de forme ou d’intensité de couleur. Il faut lâcher prise.

Une journée type ? À Jaipur, je me lève tôt pour avoir la lumière du matin et je me couche tôt pour pouvoir me lever tôt. CQFD. La création est au centre de ma vie en Inde. Même si les idées mûrissent avant, c’est la que j’arrive à les faire sortir. Toutes mes pierres sont autour de moi dans mon appartement au 1er étage d’une vieille maison indienne. Mon Studio est dans l’appartement, une grande pièce blanche baignée de lumière. J’y reste beaucoup de temps. Une pierre passe certainement 10 fois entre mes mains avant qu’elle ne soit montée en bijou.

Sur ton bureau on trouve… Des pierres, des prototypes, une loupe, un calibreur, un triboulet, mon Moleskine, un porte-mines.

La partie du job que tu préfères ? La découverte d’une pierre, d’un lot de pierres exceptionnel. Pas spécialement les plus chères, juste quelque chose de différent et d’unique. Partager l’émotion d’un client quand il est touché par la beauté et la particularité d’un modèle. Rencontrer quelqu’un qui vient choisir une bague pour une demande en mariage. Voir une grand-mère offrir un bijou pour les 18 ou 20 ans de sa petite fille.

Café ou thé ? Les deux, café au réveil et thé toute la journée.

En silence ou en musique ? En musique. Matthieu est un fan de musique et il y en a tout le temps au Studio et à la maison. Un peu de tous les styles avec beaucoup de jazz, un peu de classique mais aussi des mantras indiens ou des chants sacrés tibétains.

Un adjectif pour décrire ton espace de travail ? Lumineux.

Un truc pour te relaxer ? Je suis d’une nature assez angoissée, alors il faut que je m’arrête quelques minutes: je me concentre sur ma respiration et cela m’aide à me recentrer.

Les projets futurs ? Nous participons pour la première fois au Salon Couture The Show à Las Vegas début Juin.  Un des plus grands salons de bijouterie au monde après Bâle en Suisse. Nous nous y préparons depuis 6 mois car nous souhaitons développer davantage notre présence à l’international.

Vos adresses à Bruxelles?

La galerie d’art, Alice Gallery, 4 rue du pays de Liège
La boutique mode Icon, place du nouveau marché aux grains, 5
L’antiquaire, Retrofactory, chaussée d’Alsemberg,618
La cantine italienne, Certo, rue longue vie,48