Beauté

Nez à nez avec Pierre Guillaume

PIERRE_PORTRAITN-¦26 ISPARTA MOYEN FLACON

Derrière Parfumerie Générale, Pierre Guillaume, un nez français issu de la Haute Parfumerie qui s’exprime en toute indépendance créative et financière dans ses ateliers de Clermont-Ferrand. Nous lui avons soumis notre questionnaire façon « ODORAMA » lors de son passage à Bruxelles.

Par Marie Hocepied.

L’odeur de votre enfance ?
Il n’y en a pas qu’une seule… Je me souviens de l’odeur du riz au lait que me préparait ma mère pour le goûter et qui envahissait la maison. L’odeur de la cave à cigares de mon père me fascinait, l’odeur des feux de bois et du sapin de Noël dans notre salon au moment des fêtes de fin d’année.

L’odeur de l’âge adulte ?
Les odeurs plutôt…elles proviennent des centaines d’ingrédients que nous utilisons au quotidien et qui envahissent le laboratoire PG, du Studio de Création jusqu’à l’atelier de production. Les visiteurs nous disent toujours en arrivant « ça sent bon chez vous! ». Nous, nous ne nous en rendons plus compte.

L’odeur qui vous met de bonne humeur ?
L’odeur d’un bœuf bourguignon en train de mijoter.

L’odeur de l’amour ?
C’est tout  simple, c’est le parfum de l’Autre…celui de l’être aimé. Partager la vie d’un parfumeur apporte un certain confort d’un point de vue olfactif : c’est la garantie de porter un sur-mesure 100% exclusif.

L’odeur des vacances ?
L’odeur des Lentisques qui bordent le petit sentier rocailleux à flan de falaise que j’emprunte pour rejoindre ma plage favorite quelque part en Espagne…

L’odeur qui vous dérange ?
Tous les parfums qu’on reconnaît à plus de 30 cm d’une personne. Je trouve cela grossier d’imposer son parfum au monde entier. On se parfume pour soi et pour l’Autre, pas pour les autres ! C’est encore pire lorsqu’on tente de camoufler une odeur corporelle avec un parfum en le surdosant.

L’odeur de votre premier parfum ?
Mon premier souvenir olfactif, c’est bien sûr le parfum de ma mère. Elle portait un parfum pour homme : Armani pour homme, sorti en 1984, un hespéridé aromatique à peine chypré.

L’odeur de votre dernier parfum ?
Celle de volutes de résines brûlantes et d’une rose boisée étreinte par le velouté animal d’un accord de Fruits Rouges, de Benjoin, de Calamus et d’Ambroxan. Il se nomme Isparta.

Exclusivement en vente chez Senteurs d’Ailleurs.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *