L’hôtel Les Bains à Paris

Travel

Les Bains Douches, thermes privés à partir de 1885, temple du clubbing dans les années 80, fréquenté par Andy Warhol, Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld ou Kate Moss, fermé en 2010 pour insalubrité, est aujourd’hui rénové de fond en comble et réinventé en boutique-hôtel grand luxe.

Dans une précédente vie, on pouvait y croiser David Bowie, Mick Jagger, Iggy Pop et le groupe Joy Division, qui y donna en 1979 son unique concert sur le sol français. Un jeune Philippe Starck était alors responsable de la déco. Fermé suite à des travaux de structure tentés sans autorisation, le lieu est devenu un laboratoire de street art indoor. Une histoire chargée et un flambeau repris en 2011 par Jean-Pierre Marois, producteur et fils du propriétaire de l’immeuble des Bains-Douches. Un homme qui avait plutôt intérêt à retrouver une part de l’esprit des lieux.

Le nouveau propriétaire a commissionné l’architecte Vincent Bastie et les designers Tristan Auer et Denis Montel, ainsi que le « brand designer » Alexander Kellas, connu pour son travail au Château Marmont, sorte de cousin lointain des nouveaux Bains. Ensemble, ils ont créé des espaces qui exhalent une infinité d’ambiances, où chaque pièce propose une scénographie différente, entre bohème, baroque et tentation mystique. La Salle à Manger sert de bar et de restaurant, avec un menu composé par le chef trois étoiles Philippe Labbé, servi sur le dancefloor à damier original de Starck. Le Réservoir est le lieu des dîners plus privés, abrité dans une tour de quinze mètres de haut qui fut le réservoir d’eau des anciens Bains Guerbois. Un endroit hybride, par ailleurs équipé d’une salle de concert et d’une boîte de nuit, et dont les chambres et les suites, étrangement, respirent le réconfort et la simplicité, véritables havres de luxe baignés de lumière et pensés pour vous passer du baume, quels qu’aient été vos excès de la veille. Un environnement luxe pour une institution à la fois discrète et sophistiquée, et d’une classe parisienne totale.

Pour qui? Clubbers, voyageurs cosmopolite, et jeunesse dorée.

Quand? En période d’intense fashion-week.

On aime? La sobriété et la belle lumière des chambres, les cocktails bien trempés, les salles de bain qui font leur show avec l’option hammam, les détails et les finitions bien léchés, la situation géographique coincée entre Le Marais, les Halles et les Arts et Métiers.