Interview Marie Hocepied. Photos @Sanam Khatibi

Une profonde envie de parler de demain avec les copains. Aujourd’hui, avec l’artiste belgo-iranienne Sanam Khatibi. 

Tu fais quoi demain pour du vrai ? Je serai dans mon atelier en train de peindre et de préparer mon solo à la Kunsthal Gent et celui de Aspen Museum en Novembre (si tout va bien). S’il fait beau, je passerai 1 heure au soleil dans mon jardin, à lire et à faire semblant que je suis sur une plage tropicale. Et l’après demain, tu le vois comment ? Je le vois actif…la vie d’avant reprendra son cours, pour que notre quotidien puisse reprendre, malgré les dégâts pour certains secteurs. Il y aura sans doute des changements de comportements. Et j’espère que nous serons moins égoïstes et plus responsables dans nos choix pour mieux sauvegarder notre avenir. Le demain rêvé ? Sans Trump comme président des États Unis. Sans épidémie aussi. Beaucoup de dîners avec tous ceux que l’on aime, les musées et galeries grands ouverts et de beaux projets en perspective. La première personne que tu souhaites revoir ? Mes neveux, et mes amis. Le premier resto que tu souhaites réserver ? Un apéro Chez Richard suivi d’un bon japonais ou n’importe quoi d’autre du moment que ce soit un bon restaurant ouvert. Une idée de ton premier achat / musée / concert ? Faire mon tour habituel dans les Marolles et passer dire bonjour à mes amis qui travaillent dans le quartier, suivi d’un tour de toutes les expos que j’ai envie de voir, surtout l’expo de Wolfgang Tillmans au Wiels. J’aimerais aussi acheter des chaises pour mon jardin. La première destination où tu comptes te rendre ? Quelque part au soleil pas loin, et plus tard, quand ça sera possible à Mexico, pour y passer quelques mois. Une (bonne ou mauvaise) habitude prise lors de ton confinement que tu comptes garder ? Les Strawberry Daiquiris maison. Mais ce qui m’a le plus plu pendant le confinement, c’était de travailler sans interruption et sans pression sociale. Une envie de dire merci/ de crier/ de râler, on t’écoute : J’aimerais crier sur tous mes voisins qui sont en travaux depuis un an dans ma rue et qui s’y mettent dès 7:00 du matin. Mais surtout j’aimerais dire merci à tous ceux qui ont continué à travailler pour nous.

 

 

 

Sanam Khatibi