Interview Julie Nysten. Photos @ Murielle Victorine Scherre.

Les gens nous manquent. Les discussions aussi. Et une envie de parler de demain avec les copains, ceux qui ont quelquechose à raconter. Aujourd’hui, avec Murielle Victorine Scherre, la créatrice de La Fille d’O ou comment une marque de lingerie exprime la voix d’une génération, consciente des enjeux actuels. 

Tu fais quoi demain pour du vrai ? Demain je vais à l’atelier pour voir les prototypes de mes masques et pour lancer une production. Je vais en profiter pour regarder les premiers protos des vêtements que j’ai fait faire pour ma fille, Rocci. Et l’après-demain, tu le vois comment ? Après demain je continuerai à rêver de la réalité et comment je la vois devenir vraie pour nous tous. J’ai ce rêve depuis une vingtaine d’années mais là, tous les jours, j’entends de plus en plus de voix qui murmurent ce même rêve. Le demain rêvé ? Je veux une économie circulaire. Je veux de l’énergie renouvelable et une taxe sur tous les produits et entreprises qui se comportent de façon néfaste pour les gens ou la planète. Je veux que les multinationales payent des taxes. Je veux une éducation sur les valeurs vitales pour l’être humain comme l’agriculture et la santé holistique. Je veux que les gens les plus intelligents de chaque communauté se lancent dans la politique et non pas, juste les gens qui adorent le pouvoir et leur ego. Je veux que tout le monde arrête de manger des animaux. Je veux un dashboard pour la Belgique : un plan de route avec un départ et une arrivée. Je veux des gens au pouvoir qui pensent à nous tous. La première personne que tu souhaites revoir ? Mon père. Le premier resto que tu vas réserver ?Je cuisine trop bien. Je ne suis en manque de rien. Une idée de ton premier achat/concert/musée ? Je veux réouvrir mon magasin à Gand et vous inviter à boire du thé. Ta chanson fétiche du jour ? Living on a prayer, Jon Bon Jovi. Une (bonne ou mauvaise) habitude prise lors de ton confinement que tu comptes garder ? Je me rends compte que je suis très satisfaite. Je me permets de ralentir. Je me suis lancée sur le zero waste et je déchire.  Une envie de dire merci/crier/râler, on t’écoute : merci.

Murielle Victorine Scherre crée des culottes mais pas que…

Elle s’adonne à la photographie et poste ses clichés sous sous pseudo “Aultre ne veulx estre” sur instagram.