Art, Verso

L’atelier de la Maison Vervloet

VERVLOET10820

VERVLOET015

VERVLOET023 VERVLOET039 VERVLOET043 VERVLOET083 VERVLOET102 VERVLOET104VERVLOET138

Il souffle comme un vent nouveau sur la maison Vervloet. Cette fabrique familiale, artisanale à la réputation internationale de serrureries d’art fête ses 110 ans et s’offre une nouvelle identité. Toc, toc, visite guidée par la propriétaire Isabelle Hamburger (et arrière petite-fille de) dans leur atelier au cœur de Molenbeek.

Interview Marie Hocepied. Photos Oskar.

Bosser dans l’entreprise familiale, c’était une évidence pour vous?  Quand on rentre dans une société familiale, ce n’est pas spécialement facile car on attend beaucoup de vous. On se sent observée, on a l’impression que l’on n’a pas droit à l’erreur. Mais c’est une bonne école de la vie, je ne regrette pas une seconde.

Quelle est votre mission au sein de Vervloet? Porter la maison! Heureusement depuis le mois d’octobre, j’ai trouvé une super associée. Nous portons donc la maison à deux et ça fait du bien. Je veille aussi à pérenniser notre savoir-faire, à entretenir les relations avec les designers et à faire parler de Vervloet au sein de cette nouvelle dynamique. Je m’occupe beaucoup du Moyen-Orient donc je voyage aussi beaucoup.

Quels sont vos clients ? Il y a les particuliers, les décorateurs, les architectes, les menuisiers, les prescripteurs. Ils sont nos principaux clients et ce, dans le monde de la maison, du yachting et de temps en temps de l’aviation.

Quel est la pièce iconique de la maison ? Je dirais les modèles art déco dont ceux dessinés pour le Peninsula à Paris ou, à l’époque, ceux dessinés par Polak pour La Villa Empain de la fondation Boghossian.

Vous êtes l’initiatrice d’un nouveau souffle résolument plus moderne. Quelle était l’idée?  Nous sommes une société traditionnelle mais nous avions de nouveaux modèles que nous voulions vraiment mettre en avant. Notre savoir-faire est unique, nous avons toujours évolué avec le temps et je voulais que l’on parle de ça. Nous avons collaboré avec l’agence créative Base Design pour penser une nouvelle identité. Le résultat est simple et juste. C’est difficile de voir son image changer mais au final j’ai su lâcher prise et je suis ravie d’avoir fait confiance. La réputation d’une société n’est jamais acquise et ce changement fait du bien aussi en interne. La clientèle existante adore et une nouvelle clientèle découvre et se dit : «On peut s’offrir du Vervloet!».

C’est comme si j’avais une nouvelle boîte plus jeune, j ai l’ impression que tout est permis !

Vous avez développé plusieurs collections avec des designers de renom. Quelle collaboration vous a le plus marqué ? C’est difficile de choisir. J’ai beaucoup aimé travailler avec India Madhavi qui a dessiné notre dernière collection Bubbles. C’est une femme humble et exceptionnelle. Jean Francois d’Or m’a particulièrement marqué, car c’est la première collaboration avec un designer où nous avons été aussi loin. Il est tellement perfectionniste qu’il nous a fait évoluer. Il nous a conduit vers autre chose. Il va très loin dans sa démarche, il ne se contente pas de faire un prototype et de le lancer. Il a un respect incroyable pour l’atelier. Il nous a même aidé à développer de nouvelles techniques de production. Il a notamment dessiné la pièce Audrey qui est un succès incroyable et qui a un prix doux.

Et chez vous, que trouve t-on sur vos portes ? Chez moi, au rez-de-chaussée, j’ai de l’art déco et à l’étage des poignées plus simples comme des galets pour la salle de bain. Sauf sur la porte de la chambre de mon petit dernier qui voulait une poignée aigle en or fin. Il voulait ça depuis ses 5 ans.

Vous baignez dedans depuis que vous êtes enfant. Un souvenir de votre enfance lié à l’atelier ? Mon père voyageait énormément au Moyen-Orient, il revenait avec pleins d’histoires dignes des contes des mille et une nuits. Mes yeux brillaient, ça me faisait rêver. Aussi, je me souviens que la collection des galets est inspirée des galets que nous avions ramassés ensemble sur une plage en Italie. Mon père a travaillé dans la société pendant plus de 60 ans. C’était un passionné. C’est lui qui a fait de la société ce qu’elle est aujourd’hui.

www.vervloet.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *