Lancée modestement en 1999 au Battersea Park de Londres, à l’initiative du Britannique Will Ramsay, Affordable Art Fair n’a fait depuis que grandir, mûrir et se développer, au point de devenir un rendez-vous incontournable pour les amateurs d’art contemporain. Bien installée sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles, elle accueille du 14 au 17 mars 2019 des visiteurs à la découverte des oeuvres proposées par plus de 90 galeries bruxelloises, belges et étrangères.

Développé aujourd’hui sur trois continents et dans une douzaine de villes, parmi lesquelles Londres, New York, Amsterdam, Hong Kong, Singapour, Milan et Stockholm, le principe d’Affordable Art Fair consiste à prendre le contre-pied d’un marché de l’art international auquel la spéculation a fait perdre pied, en proposant plusieurs milliers de vraies œuvres d’art de qualité, à des prix abordables – “affordable” dans le jargon du business artistique – dans une fourchette comprise entre 75 et 7.500 euros.

On y découvre des peintures, estampes, photographies, sculptures ou encore des installations. L’affichage des prix est ici obligatoire et l’emballage des œuvres est offert.

Pour la deuxième année consécutive, L’Affordable Art Fair Brussels soutient La peau de l’ours , un group show d’artistes émergents, dans un projet curatorial. Ceux-ci ont sélectionné et réuni les œuvres d’Agathe Brahami-Ferron, Alice Nikolaeva, Benjamin Ottoz et Julie Susset, déjà plébiscités en Belgique et à l’étranger.

Pour info gourmande, se tient sur place un food market pour se sustenter entre deux oeuvres. Un choix devra se porter entre les rouleaux de printemps de Knees to Chin, les bagels de Café Léopold, les smoothies de Bon, les bowls de Komo Bowls, et les tapas libanaises de Beli. De quoi camper toute la journée.

De haut en bas :
Monica Subideun, jardin en la prision, 3600€
Alice Braat, In the loop, 1950€
Eva Ullrich, last glow, 4200€
Hanna Ilczyszyn, portrait, 900€
Mathilde Nardone, 1,  1800€

Du 14 au 17 mars 2019
Tour & Taxis, Avenue du Port 86C, 1000 Bruxelles