Dans les casseroles de Sophie Whettnall

Art Kitchen

L’artiste belge pluridisciplinaire (scuplture, vidéo, installation et dessins) Sophie Whettnall nous reçoit dans sa cuisine, un écrin éclectique aux airs de Memphis. Il est midi, l’heure de passer à table a sonné.

Interview Marie Hocepied. Photos Oskar.

Tu cuisines depuis toujours? Oui, depuis que j’ai 18 ans, quand j’ai commencé à vivre seule. Je cuisine des choses très simples comme les italiens.

Sucrée ou salée? Je suis totalement sucrée mais je ne cuisine que du salé !

Un tabou? La béchamel, qui est pour moi un truc gluant qui compose le vol-au-vent servi à la cantine de l’école. Je suis une ex-végétarienne. Petite je détestais la viande, donc le jour de mon indépendance à mes 18 ans, j’ai cessé d’en manger. C’est à 35 ans que j’ai redécouvert la viande et plus particulièrement celle des grisons sur une terrasse en Suisse, ce fût une révélation! Toutefois, je ne saurais quand même pas avaler un steak.

Une addiction? Deux ! La glace de chez Zizi qui se trouve juste au coin de notre rue ce qui est une véritable catastrophe et le merveilleux de l’incontournable Wittamer.

Ce que l’on trouve toujours dans ton frigo? Des fruits, des carottes, des concombres, du parmesan, bref de quoi faire une salade. Je suis très « lapin ».

Que mijotes-tu pour une grande tablée? Un bon rôti, des patates, pleins de légumes, de l’ultra simple.

Et pour tes enfants? Ils mangent comme nous ! Qu’il y ait pleins d’herbes, pleins d’épices, ils adorent tout. Je n’ai jamais fait un plat spécial enfant. Je fais juste attention à ce que mes plats soient ultra colorés, car les petits mangent avec les yeux.

Ta cuisine de prédilection? Italien et japonais.

Comment désirais-tu concevoir ta cuisine? Pour la cuisine, nous avons travaillé avec l’architecte et notre ami Pierre Lhoas. Je voulais que l’on puisse y passer une journée entière. C’est la pièce centrale de la maison, c’est là où tout se passe. Les enfants y bricolent, on y reçoit les copains. Les grands et les petits se mélangent à nos deux tables. C’est vivant!

Si tu étais un cocktail? Le Virgin Pina Colada ou le Virgin Mojito. Je ne bois pas d’alcool.

Aller au resto, ça te branche? Quand même ! Peut-être encore plus depuis que je suis devenue mère. Ton rapport avec la nourriture change quand tu cuisines tous les jours pour ta famille.

Et ce midi on mange? Les plats de ma sœur Astrid, ce sont ses classiques qui sont devenus mes classiques. Une salade de betteraves bio cuites maison à la vapeur, avec de la feta émiettée, de l’huile d’olive et de la coriandre. Une salade de riz rond complet avec de l’estragon, de la menthe, de l’aneth, beaucoup de citron et de l’huile d’olive. Des aubergines grillées et oubliées dans le four pendant deux heures, servies avec de la ricotta fraîche. Et de la viande grillée de sanglier qui provient du supermarché italien du coin.

Tes adresses food? Mon classique, c’est la Buvette. Mais j’aime aussi le japonais Kamo, les brasseries Classico et Canterbury et les cantines Ici et Wabi. Sans oublier les friteries! J’ai difficile de ne pas m’y arrêter…

Actu: Sophie Whettnall présentera un solo show à la galerie Michel Rein en avril 2018 pendant Art Brussels!