Ceci n’est pas un Delvaux

Art Mode News

Deux icônes de la Belgitude se rencontrent au Centre Pompidou. D’un côté, René Magritte, artiste décalé et mystérieux. De l’autre, Delvaux, la plus ancienne maison de maroquinerie de luxe au monde. Une célébration de la grandeur, de la tradition et des symboles de la Belgique.

Depuis la création du Brillant pour l’Exposition Universelle de 1958 et la conception d’un costume pour le Manneken-Pis, Delvaux ne cesse de démontrer son engagement dans l’art et la culture belge. Mécène de l’exposition « Magritte. La trahison des images », la maison prouve une fois de plus son attachement à cet héritage en faisant briller l’oeuvre poétique, humaine et surprenante de René Magritte.

En 2015, Delvaux s’intéressait déjà à l’artiste avec sa ligne Magritte Exclusive Collection en détournant et interprétant les iconiques motifs « magrittiens » que sont les nuages, la pomme et le chapeau melon.

Rassemblant des oeuvres emblématiques et d’autres moins connues du peintre, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne en s’intéressant à son travail sur les représentations trompeuses du monde ainsi qu’à ses questions de ressemblance et réalisme.

« Magritte. La trahison des images », du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017, au Centre Pompidou, Galerie 2, Nivea 6.

R.H.